Après la biométrie, SES prend le relai pour le traitement électronique des résultats des votes au Burkina

Après la « solution complète d’inscription Coesys » proposée par le leader mondial de la sécurité numérique, GEMALTO, qui a été retenu au Burkina pour l’élaboration du fichier électoral biométrique pour les élections couplées de décembre 2012, c’est au tour de la société luxembourgeoise, SES, de procéder à la mise en place d’une plate forme de transmission par liaison VSAT (Very Small Terminal) des résultats des élections.

Décidément la technologie est au cœur des grandes innovations dans le processus électoral qui conduit au double scrutin du 2 décembre. Après l’enrôlement biométrique des électeurs, la nouvelle innovation technologique porte sur la mise en œuvre d’une plate-forme de télécommunication pour la centralisation et le traitement des résultats de votes par liaison VSAT.

Pour ce faire, la commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est attachée les services d’un opérateur mondial de satellite, SES, pour recueillir, transmettre et traiter rapidement les résultats des élections législatives et municipales. Il s’agit pour l’opérateur luxembourgeois SES et ses partenaires, Newtec, UNICOM et Acces SAT, d’équiper les 45 chefs-lieux de province du Burkina de terminaux VSAT et d’un système de visioconférence pour permettre une communication directe entre les provinces et le bureau central au siège de la CENI, ainsi que la transmission et le traitement des résultats de vote collectés et compilés des 14 698 bureaux.

La technologie adoptée et financée par le gouvernement burkinabé et présentée par le Directeur général de SES en Afrique, Ibrahima Guimba-Saidou, aurait ainsi les avantages de rendre plus rapide et plus sécurisé le mode de recueil, de compilation, de transfert et de vérification des données, et contribuerait ainsi au renforcement du processus électoral. « L’infrastructure déployée pourra également être utilisée plus tard pour d’autres applications », comme pour la fourniture de connexion internet, a assuré Ibrahima Guimba-Saidou.

Selon Me Barthélemy Kéré, président de la CENI, l’adoption de cette nouvelle technologie marque la constance et la volonté de son institution de « consolider les acquis du processus électoral à travers l’organisation d’élections libres et transparentes dont les résultats apparaîtront acceptables par tous les acteurs de bonne foi ». Et pour se donner les moyens d’y parvenir, la CENI conservera, à côté de la solution technologique de SES, le mode traditionnel de compilation, de transmission et de traitement des résultats de vote, a ajouté le président de la CENI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s