Objectifs du millénaire pour le développement : Le Burkina mal engagé?

Le Sommet sur les OMD s’est terminé avec l’adoption d’un programme d’action pour atteindre les huit objectifs anti-pauvreté d’ici à 2015 et l’annonce de nouveaux engagements pour la santé des femmes et des enfants, ainsi que d’autres initiatives pour lutter contre la pauvreté, la faim et les maladies.

Pour ceux qui ne le savent pas, les dirigeants de la planète se sont fixé 8 Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) à atteindre en 2015. Voici le contenu réel :

  1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim
  2. Assurer l’éducation primaire pour tous
  3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
  4. Réduire la mortalité infantile
  5. Améliorer la santé maternelle
  6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies
  7. Préserver l’environnement
  8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Pour le Burkina Faso, il est quasiment improbable que ces objectifs soient atteints, à la lecture du rapport 2010 des OMD. Selon ce rapport, la situation se présente comme suit :

Sur la proportion de la population vivant avec un revenu annuel inférieur au seuil national de pauvreté : les régions du Nord, du Centre sud et de la Boucle du Mouhoun enregistrent les forts taux de pauvreté respectivement 68,6%, 66,1% et 60,4%.  » En l’absence de mesures vigoureuses pour infléchir la tendance observée au cours de la période 2006-2008, les chances de l’atteinte de la cible pour 2015 s’amenuisent davantage « , note le rapport. Selon les estimations, l’incidence de la pauvreté se situerait autour de 41,7% contre un objectif de 22,25% en 2015. Pour espérer atteindre l’objectif fixé, il faut une réduction d’environ 8,92%.

L’indice d’écart de pauvreté : si les tendances actuelles se maintiennent (15, 7% en 2004 ; 14,1 en 2008), cet indice pourrait atteindre 15,6% contre une cible de 6,95%, encore très loin de l’objectif fixé.

La mortalité infanto-juvénile (moins de 5 ans) a connu une baisse sous la période 2003-2006 (183‰ a 142‰). Si la tendance est maintenue les prévisions tablent sur un taux de 115,7‰ en 2015 au lieu de 62,3‰ naissances vivantes. Pour espérer atteindre l’objectif fixé dans 5 ans, il faut un rythme annuel de réduction de 7,8% de cette mortalité.

« En ce qui concerne le taux de mortalité maternelle, même s’il a connu une baisse, le rapport indique que :  » Au rythme actuel de baisse (4,6 points l’an), le taux de mortalité maternelle serait de 190,6 en 2015 au lieu de 141,5 décès pour 100.000 naissances vivantes. L’objectif visé ne serait atteint qu’en 2018, soit un retard de trois (03) ans.

Bref, pour ainsi dire selon ce rapport 2010 des OMD, les signaux sont au rouge. Néanmoins quelques acquis ont été engrangés particulièrement dans les domaines de l’éducation, le VIH/Sida et l’accès à l’eau potable. En effet, le nombre d’écoles primaires s’est accru en moyenne de 7,7% par an entre 2000 et 2007, se traduisant par un quasi-doublement du nombre de classes avec une présence de plus en plus marquée du secteur privé. Des mesures de gratuité pour les indigents associées à la baisse progressive des coûts des ARV et des examens biologiques jusqu’à la gratuité des ARV sont des mesures qui sont effectives à présent. Le réseau d’adduction d’eau potable est passé de 881 Kms en 1986 à 3129 Kms en 2004, soit une progression de 255,2% sur la période considérée. Mieux, le Burkina Faso a reçu une distinction des Prix des Objectifs du Millénaire pour le Développement le 19 septembre 2010, à New York. Ces prix reconnaissent le mérite des Etats, organisations et individus qui se sont distingués positivement, par des progrès exceptionnels, en matière de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Le Burkina Faso a été distingué pour ses progrès dans la réalisation de l’OMD 7, relative à la promotion d’un environnement humain durable.

Ce paradoxe d’un Etat en retard  dans beaucoup de secteurs des OMD, et qui est pourtant félicité m’a toujours laissé perplexe : un Burkina à deux vitesses ; auréolé de l’extérieur mais subi de l’intérieur. Le Burkina est loin d’être un « pays émergent » n’en déplaisent à ces soient disant sacro-économistes qui pullulent autour de la présidence. Ainsi, suite à un classement du magazine américain Newsweek de 100 pays où il fait bon vivre dans lequel le Burkina Faso ferme la marche, il a été entendu que :  » assurément, le Burkina Faso est sur la voie de l’émergence « .

Et pour revenir et en finir avec les OMD, je m’en vais vous donnée la panacée miracle. Atteindre l’objectif 1, à savoir réduire l’extrême pauvreté et la faim et le tour est joué,  parce que c’est à partir de lui que les autres indicateurs peuvent être améliorés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s