Ça sent la débrouille au Faso !

Les « populations civiles » ont démontré leur non intérêt pour la chose politique en refusant de  s’inscrire sur les listes électorales. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a repoussé les délais pour recueillir un nombre tout au moins acceptable, car la première liste frisait le ridicule, surtout pour le parti au pouvoir qui se targue de disposer de la grande majorité des Burkinabè.
Mais comble de l’ironie, le nombre des inscrits est resté toujours très infime après cette idée lumineuse de prolongation des échéances voulue par la CENI. Alors le président de la CENI loin de se taire, est sorti de son rôle pour dire que « même avec 10 inscrits, on peut aller aux votes », allez-y comprendre !
Cette situation de refus généralisé de participer à la chose politique de la part des civiles, tout en sachant que si l’on ne fait pas la politique, la politique vous fait, nous chuchotent une leçon. Les Burkinabè devenus des  » cabris morts  » ne veulent plus rien savoir, ils n’attendent rien de nos dirigeants. En rechignant de telle sorte la chose politique, les populations lancent non moins un message fort aux dirigeants, n’en déplaisent aux tripatouilleurs de l’article 37 de la constitution  pour permettre à Blaise Compaoré de rester advitam eternan au pouvoir ; suivez mon regard. Quand un homme refuse, il dit non, comme, le disait le capitaine Sankara. Dans cette bouderie des populations, il y a comme une envie de dire, faites ce que vous voulez, comme vous voulez, on vous regarde.

C’est peut-être de la résignation, mais cette attitude indique à mon sens, de façon assourdissante que les politiques ont totalement échoué. Ils sont venus pour se servir, alors ils n’ont qu’à se servir, mais qu’ils ne nous mêlent pas à leurs affaires. Le Burkina à deux vitesses vient ainsi d’être bien défini, d’un côté, ceux qui mangent, et de l’autre ceux qui n’ont rien. La différence est que cette fois-ci et ici, ceux qui ne mangent pas ne veulent point regarder ceux qui mangent. Cela met sans doute mal à l’aise les repus, car, leur gloutonnerie n’a de sens que par les regards visqueux et envieux des pauvres affamés. Au lieu de tirer les leçons de cette situation grave, on voit plutôt des hommes politiques rivalisant de zèle à force d’arguments éculés pour justifier de l’aventurisme politique en préparation.
Mais le Burkina à 2 vitesses ne se constate pas seulement chez les civils, du côté des forces de défense et de sécurité, il y a aussi  » soweto  » et  » Johannesburg « . On note que la religion a pris un grand pas chez les hommes de tenue, car c’est pour eux le seul refuge, face aux injustices dont ils sont victimes. Comme il n’y a rien à l’horizon, les hommes de tenues, officiers et subalternes se sont rués vers la religion, car Dieu reconnaît les siens.
Aujourd’hui, à côté du volet religieux, et comme dans l’armée il n’y a pas les mêmes libertés que dans la société civile, les militaires, gendarmes et policiers, ont trouvé un espoir, dans les missions de l’ONU. Au dernier test pour envoyer des éléments à Haïti et en RD-Congo, il y a eu environ 800 policiers candidats et environ 700 gendarmes, tout ce beau monde était composé de hauts cadres et de subalternes, des colonels, commissaires de police aux sous-officiers. Là encore, c’est un message fort à l’endroit des dirigeants, la ruée des forces de défense et de sécurité vers les missions onusiennes, n’est rien d’autre qu’un signe d’aller se chercher car ici au Faso, il n’y a plus grand espoir. Et là aussi, les autorités dirigeantes se refusent à déchiffrer le message, elles ferment les yeux pour ne rien voir, mais ce n’est qu’une attitude d’autruche.
Les civils boudent les listes électorales, les militaires se ruent vers l’extérieur et pourtant des gens chantent  » Burkina Faso, nonma, nonma « . Est-ce le chant du cygne ; le dernier chef-d’œuvre d’un artiste (avant sa mort) ? (NDLR : D’après la légende du chant merveilleux du cygne mourant)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s