INONDATION AU BURKINA: Pas si sûr la solution solidarité!

inondation_2La pluie diluvienne du 1er septembre dernier a fait des milliers de sinistrés. Le gouvernement dépassé par cet événement a lancé un appel à la solidarité nationale et internationale. Et pour une fois, il ne fait pas dans la dentelle côté promotion, marketing de cette mendicité, pardon cet appel à la solidarité ! Une première journée qui a connu la participation de l’ensemble du gouvernement et du président himself ; bonne moisson avec plus de 1 milliard de FCFA. Mieux un site web a été mis en ligne (http://www.inondationsauburkina.net/) dans les plus brefs délais, chapeau au gouvernement.

Hélas, plus de trois semaines après le déluge, c’est vrai Noé n’a toujours pas construit d’arche, mais la besace du Trésor public n’arrête pas de s’alourdir. Des bonnes volontés, des sociétés et organismes de la société civile ont apporté et continuent d’apporter leur contribution pour soulager la souffrance des sinistrés. Des dons en nature par là, en espèces par-ci. Cette danse des milliards donne déjà le tournis à certaines personnes qui se font passer pour «sinistrés», espérant que quelques billets échoient dans leur escarcelle de faussaire. Le malheur des naufragés du déluge du 1er septembre 2009 fera-t-il le bonheur de «faux sinistrés», qui aiguisent mille et un tours de passe-passe pour se retrouver sur les listes d’aide et de solidarité?collecte
Néanmoins, il faut se réjouir de cet élan de solidarité. Il faut cependant déplorer qu’il prenne des allures de publicité pour certaines sociétés commerciales. Ne voulant absolument pas passer inaperçues, c’est à grands coups de couvertures médiatiques qu’elles font leurs différents dons. Cette semaine de solidarité lancée par le gouvernement ne devrait pas être une occasion pour des entreprises de faire du marketing à mon avis. Ce serait ne pas compatir à la douleur des sinistrés qui ont tout perdu et ne savent plus à quel saint se vouer. Un don peut se faire sans médiatisation, il reste toujours un don, cela ne diminuera pas sa valeur.

En outre, une chose est d’avoir réussi à renflouer les caisses au profit des sinistrés, une autre est de se donner les moyens de prévenir, et surtout d’éviter cette catastrophe à l’avenir. Car, il faut le dire franchement, les conséquences des inondations du 1er septembre 2009 ne sauraient dépendre uniquement de la nature ou du ciel. Il y avait, sans aucun doute, une part de responsabilité d’une gouvernance qui n’a pas toujours prévu ni su gérer les dangers d’une urbanisation sauvage dans la capitale. C’est bien parce qu’on a laissé faire que certaines installations à risque ont produit la désolation que l’on déplore tous maintenant.

Publicités

5 réponses à “INONDATION AU BURKINA: Pas si sûr la solution solidarité!

  1. On se demande bien oùva nous entrainer tout cela! Occupé à collecter les fonds, je me demande si le gouvernement pense réellement à trouver des solutions durables au problème des sinistrés. Attendons de voir que les sinistrés ne « célèbreront » pas l’anniversaire de leur malheur dans ces camps à tentes!

  2. Pingback: Dieuson’s Blog

  3. Pingback: SONABEL: jusqu’à quand les populations subiront les délestages d’électricité?

  4. voici un lien vers le clip que j ai realise pour marquer l anniversaire de ces inondations du 1er sept 2009 à Ouagadougou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s