Et si on vivait le FESPACO ensemble?

aff-fespaco-rouge-grand

Le 21e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui fête cette année ses 40 ans, se déroule du 28 février au 7 mars. Cette manifestation regroupe, tous les deux ans, réalisateurs, comédiens, producteurs et autres représentants du cinéma et de la télévision d’Afrique et de sa diaspora. Quelque 129 films sont en compétition pour cette édition, qui a pour thème «Cinéma africain, tourisme et patrimoines culturel».

Voilà comme dit plus haut, au total, 129 films ont été retenus pour cette édition. Ils sont répartis en six compétitions : longs métrages (20 films), courts métrages (20 films, 2 catégories), documentaires (30 films, 3 catégories) et TV/ vidéos (29 films de fiction, 13 séries, 17 films de la diaspora).

Compétition officielle longs métrages fiction récompensé par les Étalons de Yennenga

Al Ghaba, Les démons du Caire. Ahmed Atef (Egypte).

Cœur de lion. Boubacar Diallo (Burkina Faso). Le nouveau film du réalisateur burkinabé, le plus prolifique, auteur de 7 longs métrages en 4 ans.

Fantan Fanga. Adama Drabo et Ladji Diakité (Mali). « Le pouvoir des pauvres » est le deuxième volet de Taafe Fanga (« le pouvoir des femmes ») sorti il y a une dizaine d’années et plusieurs fois récompensé.

Jerusalema. Ralph Ziman (Afrique du Sud). L’histoire de Lucky Kunene et son ami Zakes, nés dans des familles pauvres de Soweto qui rêvaient de BMW et de maison avec vue sur la mer.

L’Absence. Mama Keïta (Guinée/Sénégal). Adama, après de brillantes études en France, retourne au bout de 15 ans au Sénégal, à la rencontre de sa grand-mère et de sa soeur sourde et muette.

La Maison jaune. Amor Hakkar (Algérie). Premier long métrage du réalisateur algérien, le film raconte la longue quête d’un homme parti chercher le corps de son enfant mort.

Le Fauteuil. Missa Hébié (Burkina Faso). Le fauteuil en question est celui d’un directeur général des mines que le gouvernement décide de licencier car il en fait un peu trop à sa tête.

Les Feux de Mansaré. Mansour Sora Wade (Sénégal). Mathias retourne en triomphe à Mansaré, sa ville natale, après avoir fait fortune à l’étranger en quelques années.

Mah-Saah-Sah. Daniel Kamwa (Cameroun). Daniel Kamwa fait partie de la génération des anciens. On lui doit de nombreux films dont Pousse-Pousse ou Le cercle des pouvoirs, comédies dramatiques portant sur l’acculturation, la corruption.

Mascarades. Lyes Salem (Algérie). Premier long métrage du comédien, passé à la réalisation, primé dans de nombreux festivals dont celui du Caire, Mascarades se déroule dans un petit village quelque part en Algérie.

Nothing But The Truth. John Kani (Afrique du Sud). John Kani est un monument du théâtre sud-africain, militant politique, acteur et metteur en scène. La pièce de théâtre Nothing But The Truth (Rien que la vérité) et son acteur principal, John Kani, a obtenu plusieurs récompenses avant de tourner dans le monde entier.

Ramata. Léandre-Alain Baker (Congo Brazzaville). Ramata la cinquantaine passée, est une femme d’une beauté envoûtante. Elle est mariée depuis une trentaine d’années à Matar Samb, riche homme de son état, ancien procureur devenu Ministre de la justice.

Les Jardins de Samira. Latif Lahlou (Maroc). Trouver un mari est devenu la raison de vivre de Samira. Son père réussit à lui trouver un mari, un exploitant agricole veuf et sans enfants.

Shtar M’Haba. Kalthoum Bornaz (Tunisie). « L’autre moitié ». Selima et Selim sont jumeaux, ils viennent de fêter leur 20 ans. Orphelins de mère, ils vivent à Tunis avec leur père Ali, avocat au barreau de Tunis.

Teza. Hailé Gérima (Ethiopie). Le grand réalisateur éthiopien, auteur de chefs-d’œuvre comme Harvest, ou Sankofa, aura mis 14 ans pour terminer ce film, récompensé depuis de deux Lions d’or à Venise, et d’un Tanit d’or à Carthage. Il y questionne le statut de l’intellectuel africain à travers l’histoire d’Anberber, jeune médecin qui rentre en Éthiopie après de longues années d’absence.

The Sleep Walking Land. Teresa Prata (Mozambique). « Terre somnambule ». Au début des années 90, alors que la guerre civile se dissipe, le jeune Muidinga n’a nul autre souhait que de retrouver sa famille.

Triomf. Michael Raeburn (Zimbabwe). Cinéaste particulier et particulièrement engagé, le Zimbabwéen Michael Raeburn raconte, dans ce film caustique et particulièrement réussi, la vie d’une famille de petits blancs pauvres dans la petite ville sud-africaine de Triomf, pendant la campagne électorale qui devait amener Mandela au pouvoir.

Wadean Oummahat. Mohamed Ismaïl (Maroc). « Adieu mères ». 1960, la vie quotidienne, pacifique et sereine, de deux familles, une juive et une autre musulmane, avant que cette convivialité soit affectée par la Seconde Guerre Mondiale et la création de l’État d’Israël.

Whatever Lola Wants. Nabil Ayouch (Maroc). Lola, 25 ans, vit à New York en rêvant d’une carrière de danseuse. Elle découvre un jour l’histoire d’Ismahan, star de la danse orientale, véritable légende au Caire.

White Wedding. Jann Turner (Afrique du Sud). « Mariage blanc ». Où l’on retrouve deux acteurs de Jerusalema, Rapulan Seiphemo et Kenneth Nkosi en scénaristes pour une comédie romantique, coscénarisé et mise en scène par Jann Turner. Elvis quitte Johannesburg en voiture pour aller se marier au Cap avec la belle Ayanda. Il fait un détour par Durban pour emmener son témoin et meilleur ami Tumi.

Compétition officielle documentaires

Aru. Léopold Togo (Mali).

Behind The Rainbow. Jihan El Tahri (Egypte). « Au-delà de l’arc-en-ciel ». «La nation arc-en-ciel» C’est ainsi que se voyaient les Sud-africains après l’élection de Nelson Mandela à la présidence.

Cemetery Stories : a rebel missionary in South Africa. Cheick M. Cherif Keita (Mali). « Histoires de cimetière: un missionnaire rebelle en Afrique du Sud ». Dans le documentaire Oberlin-Inanda: The Life and Times of John L. Dube (La vie et l’époque de John L. Dube), Cherif Keita retraçait l’histoire du fondateur de l’ANC. Ce nouveau documentaire s’attache au séjour de John Dube aux États-Unis au sein de la famille Wilcox, en 1887. Les Wilcox, missionnaires en Afrique du Sud ont convaincu John de poursuivre ses études.

Comian (La Voie des génies). Mohamed Dazalor (Côte d’Ivoire). Les Comians sont ceux qui sont possédés par les génies, et qui servent d’intermédiaire entre les âmes des défunts et les hommes.

Dieu a-t-il quitté l’Afrique ? Musa Dieng Kala (Sénégal). Août 1999. Deux adolescents guinéens sont retrouvés morts dans le train d’atterrissage d’un avion en provenance de Conakry. Comme eux, chaque année, des milliers de jeunes Africains risquent leur vie pour fuir la pauvreté et les conflits.

En attendant les hommes. Katy Ndiaye (Sénégal). La jeune réalisatrice, présentatrice vedette de la télévision belge, a tourné en Mauritanie, dans un village, où les femmes attendent le retour de leurs hommes, émigrés, qui reviennent une fois l’an.

Entre la coupe et l’élection. Monique Phoba Mbeka (RD Congo). Une des plus grandes documentaristes africaines, à laquelle on doit de très nombreux films politiques, notamment sur le retour du président Kerekou au Bénin. Le film se déroule pendant une élection, et met en parallèle l’histoire d’une des plus célèbres équipes de foot d’Afrique et le quotidien de la campagne électorale.

Epé Ekpé ou la prise de la pierre sacrée. Zavier Akiza Balouki (Togo). Epé Ekpé ou Kpessosso est le nom des cérémonies qui marque le Nouvel an chez les Guins, peuple du sud du Togo. La pierre sacrée donne des prévisions et oriente l’année à venir. Sa couleur indique son message.

Jeanne d’Arc et que la roue tourne. Rosalie M. Atangana (Cameroun). Un documentaire qui fait partie d’une série de 7 films consacrée aux femmes battantes. Rosalie Atangana suit le périple d’une chauffeuse de bus.

Gbehanzin, le rêve inachevé. André-Marie Johnson (Bénin). Béhanzin, souverain de la fin du XIXe siècle reste une énigme que les connaissances historiques n’arrivent pas encore à cerner. Grande figure de résistance à la pénétration coloniale au Dahomey, son histoire reste encore un véritable sujet de recherche.

La Brèche. Abdoul Aziz Cissé (Sénégal). Une des nouvelles valeurs sûres du cinéma sénégalais. Dans ce documentaire de 26 minutes, le réalisateur nous plonge dans le nord du Sénégal où une brèche ouverte au flanc d’un barrage sur le fleuve a fini par transformer négativement la vie des villageois, accentuant la salinisation des terres et la paupérisation des paysans.

La femme porte l’Afrique. Idrissa Diabaté (Côte d’Ivoire). L’une est charbonnière à Abidjan, une autre teinturière en Guinée, une troisième fabrique de la bière de mil au Burkina Fasso, la quatrième est généticienne au Bénin et la cinquième, bien qu’analphabète, est maire de sa commune au Sénégal. Elle «porte sa ville sur la tête»….

Le dernier Acte. Nissi Joanny Traoré ( Burkina).

Lieux saints, de Jean-Marie Teno (Cameroun). À travers le portrait de 2 hommes, Jules César l’artiste artisan et Bouba le petit entrepreneur, Lieux Saints pose la question de l’accès à la culture dans un quartier populaire de Ouagadougou et montre comment le refus de la misère culturelle est devenu un des moteurs de lutte contre la misère économique.

Mannema Fena (Among Ourselves). Ibrahim Abla (Egypte). « Parmi nous ». Sur la ville du Caire et ses habitants.

Mémoire d’une femme. Lassaad Oueslati (Tunisie). Dans les années 40-50 et lors de la colonisation française de la Tunisie, une femme issue d’une famille juive italienne se convertit à l’islam et se marie à l’époque au bras droit de Salah Ben Youssef (un opposant à Habib Bourguiba). Esther, devenue Hédia, raconte son parcours et la relation avec son fils à la recherche de ses origines juives.

Mousso Deni (Le Chemin de la musique au féminin). Irène Tassembédo (Burkina Faso).

Nos lieux interdits. Leila Kilani ( Maroc). Documentaire politique, qui revient sur l’histoire de quatre décennies de violence et de disparitions quelques années après l’indépendance du Maroc.

Ordination chez les Mami. Christine Touggourt N’Namdine (Togo).

Ouled Lenine. Nadia El Fani (Tunisie). À travers le portrait de son père Béchir, historien et figure immuable du révolutionnaire maghrébin, Nadia El Fani raconte la lutte des communistes dans la Tunisie post-indépendance.

Pauline (L’Amour en action). Maimouna Ndiaye (Guinée Conakry).

The Manuscripts of Timbuktu. Zola Maseko (Afrique du Sud). L’Afrique du Sud a fait une priorité de la préservation des manuscrits de Tombouctou, dans le cadre du NEPAD. C’est l’occasion pour Zola Maseko de retracer la fabuleuse histoire de cette ville et son rayonnement sur le continent à travers ses sages et ses rois, sous la forme d’un docu-fiction. La musique du documentaire a été composée par Vieux Touré, le fils d’Ali Farka Touré.

Tu n’as rien vu à Kinshasa. Mwésé Ngangura (RD Congo). Le titre du documentaire est une paraphrase du film d’Alain Resnais, Hiroshima mon amour. Il raconte la vie dans les communautés de marginaux de Kin’.

Une affaire de nègres, de Oswalde Lewat (Cameroun). En 2000, au Cameroun, le commandement opérationnel d’une unité spéciale de lutte contre le banditisme a fait, en un an, plus d’un millier de victimes dans la région Douala, à l’ouest du pays africain. Osvalde Lewat enquête et raconte cette histoire terrible.

Victime de nos richesses. Kal Touré (Guinée Conakry). Un an après les évènements dramatiques qui se sont déroulés en septembre 2005 aux abords de Ceuta et Melilla, les enclaves espagnoles situées au nord du Maroc, de jeunes africaines et africains refoulés témoignent de leurs tentatives malheureuses de passage en Espagne, nous donnant « leurs » versions des faits de ces événements.

Wa Laou Filsin (La Chine est encore loin). Malek Bensmail (Algérie). Le 1er novembre 1954, près de Ghassira, un petit village perdu dans les Aurès, un couple d’instituteurs français et un caïd algérien sont les premières victimes civiles d’une guerre de sept ans qui mènera à l’indépendance de l’Algérie.

Z’har. Fatma Zohra Zammoun ( Algérie). « Chance ». L’Algérie des années 90 se profile derrière une démarche cinématographique

Zao. David Pierre Fila, (RD Congo). Un documentaire en hommage à Zao, «griot moderne de Brazzaville» qui chante l’Afrique «cadavere».

Courts métrages en compétition

Al hob fy Zaman Al kola (Love In The Time of Gun). Ibrahim Abla (Egypte).
Al Oubour (La Traversée). Nadia Touijer (Tunisie).
Assafir Al Médina. Med Ikbel Chakchelm (Tunisie).
C’est dimanche. Samir Guesmi (Algérie).
Chant funèbre. Mohamed Mouftakir (Maroc).
Décembre. Shokry Mahmoud (Egypte).
Impasse. Issa Saga (Burkina).
Imout el Hout (Le Poisson noyé). Malick Amara (Tunisie).
La Jeune femme et l’instit. Mohammed Nadif (Maroc).
Nziri Nin Kera Yeremahoronya Waatiye (Il était une fois l’indépendance). Daouda Coulibaly (Mali).
Polo. Claver Yaméogo (Burkina).
Le Revenant. Mohammed Ahed Bensouda (Maroc).
Sarah Mouka (Liberté provisoire). Naoufel Barraoui (Maroc).
Sauver Rama. Tahirou Tasséré Ouedraogo (Burkina).
Sellam et Demetan. Mohammed Amin Benamaraoui (Maroc).
Sektou (Ils se sont tus). Khaled Benaissa (Algérie).
Une saison entre enfer et paradis. Mourad Ben Cheikh (Tunisie).
Timpoko. Serge Armel Sawadogo (Burkina).
Wara Al Blayek (Borderline) Sonia Chamki (Tunisie).
Waramutseho (Bonjour). Bernard Auguste Kouemo Yanghu (Cameroun).

Longs métrages de la compétition diaspora. Prix Paul Robeson.

A Winter Tale. Frances Anne Solomon (Trinidad et Tobago).
After School. Walter Powell et Clifford Reed (États-Unis).
Barka Burkina. Ina et Esu (États-Unis).
Blue Print. Kirk Shannon-Butts (États-Unis).
Devocao. Sergio Sanz (Brésil).
Gospel Hill. Giancarlo Esposite (États-Unis).
Houna et Manny. Jared Katsiane (États-Unis).
Jacques Roumain, la passion d’un pays. Arnold Antonin (Haïti).
Les 16 de Basse-Pointe. Camille Mauduech (France-Martinique).
Movement, Evolution Africa. Joan Frosch et Allan Kovgan (États-Unis).
Moving To The Beat. Caleb Heymann (États-Unis).
Namibia : la lutte pour la libération. Charles Burnett(Namibie/États-Unis).
Nora. Alla Kovgan et David Hinton (États-Unis).
Patterns Of Passion. Patrick Coleman (États-Unis).
Prince of Broadway. Sean Baker (États-Unis).
Sabar. Chike Nwoffiah (États-Unis).
The Seed. Joshua Bee Alafia (États-Unis).

Publicités

2 réponses à “Et si on vivait le FESPACO ensemble?

  1. I never thought I will agree with this opinion, but you know… I agree partially now.

  2. excellent analyse merci pour l article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s