REBELLION OUGANDAISE : Les raisons de l’échec d’une traque coalisée.

Joseph Kony, le chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), serait-il doté de pouvoirs surnaturels ? On est en droit de se le demander. Dans sa fuite impétueuse face aux troupes gouvernementales lancées à sa poursuite, le bestial mais visionnaire rebelle pratique la politique de la terre brûlée, aggravant les souffrances des populations en proie à une guerre qui n’en finit pas.
imagephp1Sinon comment comprendre que trois armées, celles de l’Ouganda, de la RDC et du Sud-Soudan, lancées à ses trousses depuis le 14 décembre dernier, ne sont toujours pas parvenues à lui mettre la main dessus. Dans sa fuite impétueuse, le bestial mais visionnaire rebelle pratique la politique de la terre brûlée, aggravant les souffrances des populations en proie à une guerre qui n’en finit pas.

L’objectif de l’opération conjointe des trois armées est on ne peut plus claire de mettre un terme au règne sanglant de Kony surnommé « Totong » (le boucher). Sa tête est d’ailleurs mise à prix par la Cour pénale internationale. Mais, selon toute vraisemblance, Kony est insaisissable autant par la mauvaise coordination des actions militaires de ses ennemis que par sa propre bonne maîtrise du terrain. L’armée ougandaise, loin de pouvoir démanteler la rébellion et s’emparer de son leader, a subi d’importantes pertes, notamment logistiques. Deux aéronefs et un camion de l’armée gouvernementale ont ainsi été gâchés dans des circonstances non encore élucidées. Et pendant ce temps, le tudesque Kony court. A son passage, on constate à chaque fois sa signature macabre : villages brûlés, enfants enlevés, civils tués, femmes violées…

Le jeu de cache-cache entre l’homme le plus recherché d’Ouganda et trois armées est loin d’être terminée. Comment une offensive lancée sans le minimum de garanties de succès peut elle aboutir. On sait que Joseph Kony a longtemps profité de la période de tension entre Khartoum et Kampala. Il n’est pas secret de polichinelle que les deux capitales ont naguère entretenu réciproquement des rébellions pour se déstabiliser mutuellement. Entre temps, la normalisation des relations entre les présidents Omar El Béchir et Yoweri Museveni a dérouté des rébellions. Celle de John Garang en paya le prix. Mais le LRA a la peau dure. Et le plus incompréhensible, c’est ce silence inquiétant à la limite « complice » de la communauté internationale face au cas Kony. Elle qui s’est formidablement impliquée dans le conflit du Sud Soudan.

L’inculpation de Kony par la CPI est déjà un pas en avant, même si toutefois cela rebute le rebelle à la participation personnelle des négociations. Mais plutôt que d’en rester là, communauté internationale doit fournir un soutien conséquent en moyens sophistiqués, notamment dans le domaine des renseignements aux forces gouvernementales. Sinon l’un des derniers auteurs de férocités sur le continent continuera de narguer et de filer entre les doigts des Etats. Certes, Kony ne fait pas l’objet du même intérêt que d’autres criminels, toutefois quelques uns des drones utilisés pour repérer et éliminer des militants du Hamas ou des insurgés irakiens et afghans auraient pu trouver un usage bien plus consensuel dans la traque de Kony. Seulement, l’Occident préfère mettre à profit sa science militaire dans la défense de ses seuls intérêts et de causes contestables. Probablement Kony n’est pas une menace pour l’Elysée, le palais de Westminster ou Washington. Il est et restera un rebelle local saccageant les brousses africaines. L’initiative conjointe louable des trois armées de le neutraliser pourrait s’essouffler à cause de l’indifférence de la communauté internationale.

Publicités

Une réponse à “REBELLION OUGANDAISE : Les raisons de l’échec d’une traque coalisée.

  1. Hum, belle analyse!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s